Accueil » Oh ! Les belles motocyclettes » Cafe Racer Festival 2016

Cafe Racer Festival 2016

Parfum d’Angleterre

Photos Chloé & Michaël Levivier, et F&L.

C’est la première fois que j’y allais en visiteur, après y avoir participé en tant qu’employé du magazine Cafe Racer pendant deux ans  et avoir bossé tout au long du Festival, bien-sûr. Vachement plus tranquille, le statut de visiteur. J’ai même découvert que la flânerie se révélait plus productive que le stress, ce qui rappelle la formule de Henri Béraud, Rouletabille du début du XXè siècle, qui incitait le journaliste à être un « flâneur salarié ». Autres temps.

Ludo Crazy Racers et sa Ducati CR 750, présent au Festival pour lancer la Bonne Fortune, l'occasion de gagner sa moto pour un ticket à 10 € !

Ludo Crazy Racers et sa Ducati CR 750, présent au Festival pour lancer la Bonne Fortune, l’occasion de gagner sa moto pour un ticket à 10 € !

Le CR Festival s’intercale un peu entre les Coupes Moto Légende et le Wheels&Waves. L’ambiance de roulage sur l’incroyable anneau de Montlhéry, les râles des vieilles pétoires, l’impatience de ceux qui attendent d’en découdre se fondent dans le décor des custom builders, préparateurs amateurs dans leur majorité. Pas de star ici comme aux W&W (Roland Sands, Kimura etc.), mais une proximité et une convivialité anglaise, simple, naturelle. Ca échange à tout va, aussi bien avec les pros sur le stand Triumph ou Ducati qu’avec les Kikishop Customs ou Evolution Motocycle.

Erick, à gauche, et Arnaud, piliers d'Evolution Motocycle (et parfois de bar), spécialistes des gros moteurs Suz' à refroidissement par air.

Erick, à gauche, et Arnaud, piliers d’Evolution Motocycle (et parfois de bar), spécialistes des gros moteurs Suz’ à refroidissement par air.

La pluie a saccagé les pelouses le samedi après-midi, le public se pressait sous les stands des exposants ou les auvents des vendeurs de bière-et-frites, l’humeur anglaise était définitivement posée. Et ça a rapproché encore tout le monde. Surtout après 18 h, autour des gobelets en plastique remplis de liquide ocre.

La piste de runs de Montlhéry...

La piste de runs de Montlhéry…

La seule véritable star présente était d’ailleurs anglaise. Peter Williams, ancien ingénieur chez Norton, ancien pilote de GP (de 1966 à 1973) et vainqueur au Tourist Trophy 1973 sur une Norton à cadre semi monocoque de sa fabrication. C’était la réplique de cette moto qu’il venait exposer au Festival.

La réplique créée par Peter Williams de sa moto de 73.

La réplique créée par Peter Williams de sa moto de 73.

La seconde manche de la nouvelle épreuve d’accélération Sultans of Sprint (ouverte aux motos préparées à moteur bicylindre à refroidissement par air) a eu un peu plus de chance qu’aux W&W, mais à peine plus, toujours à cause de la pluie. Le soir, Sud Side remontait la foule à coups d’extravagances de leur cru, avec une machine à burns circulaires et un funiculaire au nom de la comète, Hale Bopp.

Bien-sûr il y avait Lorenzo, l'artiste qui devait tenir rubrique ici, mais trop accaparé par ses fan(e)s. Bientôt !

Bien-sûr il y avait Lorenzo, l’artiste qui devait tenir rubrique ici, mais trop accaparé par ses fan(e)s. Bientôt !

La moto doit beaucoup à l’Angleterre.

Le side Triumph construit par Jean Burdet, boss de CS Concept.

Le side Triumph construit par Jean Burdet, boss de CS Concept.

Restez Fast !

La Drixton de Christian, préparateur de Vince Racer, est une évocation de l'ancienne Honda de course, sur base de bicylindre 450 bien tapé.

La Drixton de Christian, préparateur de Vince Racer, est une évocation de l’ancienne Honda de course, sur base de bicylindre 450 bien tapé.

Les Allemands de Louis Moto étaient venus avec leur dernière prépa Kawa ER-6, un moteur tapé à plus de 100 ch !

Les Allemands de Louis Moto étaient venus avec leur dernière prépa Kawa ER-6, un moteur tapé à plus de 100 ch !

No Comment ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *