Accueil » Stories » Dans les coulisses de High Side

Dans les coulisses de High Side

High Side, le live.

High Side restera, à tout jamais, la première émission purement moto diffusée à la télé sur une chaîne accessible à tous. C’était cette année, sur l’Equipe 21. Une prouesse. Pour 2016, rien n’est joué, mais High Side (le programme audiovisuel du mag’ Moto et Motards) pourrait retrouver le chemin du petit écran. L’émission de 52 minutes reste visible sur le net. J’ai assisté à l’enregistrement du mois de novembre, saison 2, épisode 5. Où l’on apprend qu’un ancien chef monteur de « Plus belle la vie » et un ancien régisseur général de bassin pour dauphins sont de la partie.

Le tournage plateau a lieu dans l’un des studios Riviera, quartier Saint Augustin, à Nice. Où ont été tournés Et Dieu créa… la femme ou encore Brice de Nice.

J’y retrouve Bader, avec qui j’ai bossé deux ans à Moto Journal. Le public commence à faire la queue, Anne-Cécile (la secrétaire de rédaction de Moto et Motards et la compagne de Bader) les reçoit à l’entrée du bâtiment. Il reste une vingtaine de minutes avant le premier enregistrement, qui durera un peu plus d’une heure.

« Comment t’es venue l’idée de l’émission ?
– Tu ne vas même pas me croire. Au début, je voulais lancer un magazine de sportives, la pire mauvaise idée. J’ai préparé un dossier pour Karine (la boss de Color Media, qui regroupe Moto et Motards et High Side), elle était plus ou moins partante. Un peu plus tard, elle m’a expliqué que le pôle vidéo de Moto et Motards avait besoin d’un coup de boost. Elle m’a demandé si j’avais une idée pour innover. J’ai répondu qu’on ne pouvait pas aller sur le même terrain que Moto Journal, avec des vidéos de 6 à 8 minutes qui cartonnaient sur YouTube. J’ai proposé de faire une vraie émission. Le soir-même, j’ai bossé sur un concept, devenu High Side. Je suis parti pour 52 minutes parce que je rêvais de télé…

– Galère, le premier enregistrement ?
– Carrément. Il a duré 7 heures, contre 1h15 à peu près aujourd’hui pour une émission. On laissait des blancs de 10 secondes entre chaque intervention, on improvisait trop. Il faut jouer le naturel, je te jure, c’est pas évident. Aujourd’hui, tout est écrit à 100%, scripté. Comme Top Gear, d’ailleurs. Tout est écrit au mot près, un travail de ouf. Dans le résultat final, il y a toujours une infime part d’impro, mais le texte reste très précis. On apprend notre texte mais aussi celui des autres, pour réduire au maxi le temps de réaction entre deux interventions. On attend le dernier mot de l’autre pour enchaîner.
Je fais une fiche pour chacun, avec des codes couleur (Will en vert, Ponpon en bleu etc.) C’est hyper important aussi pour le réalisateur (un ancien de Plus Belle La Vie…). Il chronométrait tout au début, à la seconde près. C’est super important pour la télé, où tu n’as pas de marge. Sur le web, on s’en fout un peu.
Du coup, on a énormément de mal à jouer le texte. Il est assez marrant, je te le promets, mais comme on n’est ni acteurs ni animateurs, ça passe moyen sur le plateau. Tout le monde (les mecs de Canal+, RMC…) nous a dit de faire comme ça, sans impro. Après une saison de High Side, je suis allé assister à la semaine entière des enregistrements des premières de Top Gear France. Pour voir comment ils faisaient (je sais, j’ai fait les choses à l’envers…). C’était exactement la même organisation que celle que j’avais imaginée, sans le savoir. Parce qu’il n’y a pas d’autres solutions. Le prompteur remplace les fiches, c’est tout. Je connais peu d’émission en impro pure aujourd’hui. J’ai appris qu’Arthur avait été le premier animateur à tout écrire à 100%, tu n’en as pas l’impression tellement c’est bien joué. Même les interventions des invités sont prévues ! Les nôtres, on ne les prépare pas, c’est la seule impro qu’on s’impose. Au début on le faisait, c’était une erreur. Ils nous disaient plein de trucs intéressants avant l’enregistrement, et ils se figeaient pendant, avec l’impression de se répéter quand ils racontaient des anecdotes. Donc on ne leur dit plus rien, sauf un pic ou deux qu’on leur lancera pour détendre l’atmosphère, et qu’ils pourraient mal prendre. Nos blagues pourries, quoi.

Une belle brochette de gagants :p

Une belle brochette de vainqueurs… Vous aurez reconnu Will en rouge, Ponpon en bleu et Bader.

– L’équipe technique est indépendante ?
– Oui. L’équipe de production est hyper hétérogène, certains sont spécialisés télé, d’autres viennent du spectacle, que des gens rencontrés par hasard, de fil en aiguille. Par exemple Lio, qui s’occupe des lumières et chauffe la salle (il faisait sauter des dauphins avant à Aqualand…), c’est un pote de Will. On n’a pas une équipe de production comme Top Gear. Plusieurs personnes s’agrègent juste le temps de l’enregistrement. Et c’est bien mieux comme ça. Parce que si une boîte de prod’ unique arrivait à mettre le grappin sur High Side, elle déciderait de tout. Quand elle maîtrise toute la production d’une émission, elle te tient par les couilles. Nous, on est interchangeable, pas le concept de l’émission. C’est d’ailleurs le principal problème avec la télé. Donc je veille à travailler avec des entités bien distinctes, le son, la lumière, la réalisation, les cadreurs etc. Et s’ils ne s’entendent pas entre eux, ça m’arrange plutôt. Je garde la main, je décide de tout. On a eu de gros problèmes parfois, des mecs s’accaparaient le truc : certains ont cru à un succès énorme, y ont vu une mine d’or et ont voulu profiter. Sauf que nous, on connaît par cœur le monde de la moto, on sait qu’il n’y a pas de fric. On les a calmés direct. Un producteur connu, qui a fait plus de 100 documentaires, qui a une baraque de milliardaire ici, m’a invité chez lui pour un barbecue… Je ne savais pas pourquoi. Il voulait mettre la main sur High Side et virer une partie de l’équipe.
Pareil, si le seul réalisateur a le dessus sur toute l’équipe, je suis cuit. Ensemble, ils peuvent te planter un tournage, ça arrive souvent dans ce milieu. C’est arrivé un jour sur Plus belle la vie, les acteurs exigeaient des augmentations, sinon ils lâchaient l’émission. Moi, je ne veux pas de ça. Color Media avance l’argent avant chaque enregistrement (location du studio, salaires de l’équipe etc.), je ne peux pas me permettre que ça plante. Karine nous soutient, évidemment, mais on n’a pas de marge. Maintenant je me méfie de tous les gros producteurs. Leur but, c’est de garder le concept. Il est quasi impossible de déposer un concept audiovisuel. Il leur suffit de changer le nom, l’ambiance de lumière, et ils font la même chose. Et puis il y les droits d’auteur. Dans l’audiovisuel, contrairement à la presse écrite, les statuts des réalisateurs, chefs photo etc. sont surprotégés. Le directeur photo chez nous a trouvé un truc, il balance un spot à travers une jante au pied de la télé. Il peut toucher des droits d’auteur là-dessus. Si on voulait un jour utiliser ce plan sans lui, il pourrait bloquer la diffusion. Parce que cette idée lui appartient. Le réalisateur, s’il est écrit officiellement qu’il est réalisateur de High Side, a des droits sur tout : tee-shirts, DVD… Et pire, le réalisateur d’une émission détient tous les droits éditoriaux. C’est le droit français. S’il veut créer un magazine High Side, il peut. La chance que j’ai moi, c’est que j’ai tout crée de A à Z au début. Le canapé c’est moi qui suis allé le chercher, j’ai décidé qu’on tournerait au début dans un hangar sur le circuit du Castellet… Le vrai auteur, du coup, c’est moi. Tout reste sous notre contrôle parce que j’ai commencé seul, puis avec des amis, dont Thierry, un réalisateur de Webinars, et Lionel. Mais si j’avais travaillé d’entrée de jeu avec un réal’, le moindre concept, la moindre idée lui appartiendrait. Sans le savoir, on s’est protégé parce qu’on a tout fait seuls au début.

– A quel point tu t’es inspiré de Top Gear ?
– Uniquement sur la ligne éditoriale, beaucoup moins sur le visuel. C’est par défaut qu’on a fini dans un hangar, parce que Stéphane Clair, le patron du circuit Paul Ricard, a accepté de nous recevoir pour presque rien. Le lancement du début d’émission et le ton s’apparentent à Top Gear, plus que l’aspect décor… Pareil pour le Stig, on avait déjà Bomber dans Moto et Motards depuis 1997, un essayeur masqué. Lors du premier rdv que j’ai eu avec RMC, c’est la première question qu’il m’a posé. Eux savaient déjà qu’ils allaient produire Top Gear France, moi je n’étais pas au courant. Ils étaient curieux au début. Ils m’ont dit cash qu’on avait copié Top Gear. Donc ils nous ont prévenu gentiment. Pourtant notre personnage mystère est plus vieux que le Stig, apparu en 2002. »

Bader doit rejoindre le plateau, je me faufile en coulisses. Dans un étroit couloir, du café, de quoi grignoter, et les invités qui attendent. Fabrice Miguet, pilote au Tourist Trophy, passe dans la première émission, Grégory Leblanc, pilote Kawa officiel en endurance, sera l’invité de la seconde, et Médhi, le Medhiator célèbre sur la toile pour ses vidéos, sera l’invité du dernier enregistrement.
Je discute avec Stéphane Lacaze, l’un des plus anciens, avec Will et Karine, de l’équipe de Mot’ Mot’. Il n’apparaît pas dans la première émission : « A quatre, on est trop nombreux, ça oblige chacun à réagir, c’est trop long. Je serai dans les deux émissions suivantes, on tourne. »
Il raconte ce nouveau boulot : « Au début, tu rames, tu n’as pas confiance en toi… Le public t’aide, quand tu vois que tes répliques font mouche. Tu te dis que si ça réagit là, ce sera pareil derrière l’écran. Le rôle de Lionel, qui chauffe la salle, est du coup essentiel.
Le vrai truc, c’est de retrouver notre naturel, malgré le texte pré-écrit. Réussir à tout boucler en une prise permet aussi de garder le même rythme. A la fin de la journée, t’es rincé. J’ai été vraiment surpris la première fois de l’énergie qu’on y laisse. Je n’ai jamais pris de cours de comédie, je ne savais pas, il faut donner de soi, du vrai. On écrit nos textes ensemble, quand on a le temps. La veille de l’enregistrement, quand l’équipe installe tout, on répète.
T’es plus dans le journalisme au moment du tournage, t’es dans le divertissement. Tout doit être accessible, pas trop technique mais informatif, avec des vannes et des phrases courtes. On doit cibler au-delà des passionnés de moto pour atteindre la télé. Ce qui nous contraint dans nos blagues. On doit faire attention de ne pas stigmatiser des catégories de personnes, comme les petits, les vieux… A la télé, plus rien ne passe, même au second degré. On est loin des Nuls et de Royal Rabbin, impossibles aujourd’hui. Les associations de défense ou de protection de tel ou tel groupe ont beaucoup de pouvoir… »

Fin du premier enregistrement, Bader revient me voir : « Max, le fondateur de Moto et Motards, avait dans ses projets une émission télé de ce genre, c’est que m’ont dit Karine et Will. Cool qu’on puisse le faire aujourd’hui. »

Restez Fast !

13 commentaires sur “Dans les coulisses de High Side

    • On ne l’a pas oublié, pour preuve, il intervient dans le sujet sur la GPZ 1100. Et on reviendra bien souvent sur Franck !

  1. Les mecs on zappé l’émission TrashTest (diffusée sur AB Moteurs) crée par Yacouba et Frank alias Zorro !!! C’était tout de même eux les précurseurs, 2 anciens top guys de Mot mot ! Ils ont ouvert la voie il y a bientot 10 ans… Allez voir sur YouTube TRASHTEST

    • AB Moteurs c’est pas une chaîne accessible à tout le monde, l’Equipe21 c’est de la TNT, donc oui, High Side est bien la première émission accessible à tout le monde. Soyons précis 😉 Ca n’enlève en rien le travail de Trash Test, ou de 4en1, une émission encore plus vieille sur le moto, mais pas sur une chaîne grand public.

  2. Bravo pour cet article et pour le site en générale (super propre et bien fichu avec déjà un beau contenu pour un lancement !! )

    Plein de courage et de réussite pour la suite de ce beau projet !

  3. C’est une super émission pas pressé d’en voir la fin (du high side).
    Je vous souhaite de monter haut sans jamais retomber.

    @+

  4. Tout ce bordel pour ça ?
    vos vidéos youtube étaient bcp plus sympa , on est nombreux a les regretter
    le concept de pomper TOP-GEAR (Émission chiante au possible) est évident Bader
    vos « simple » vidéos youtube, elles ! étaient vraiment plus sympa, pas tout ce chichi de l’émission TV
    mais bon, je vais arrêter ma tirade, vous existez, et c’est déjà très bien 😉

  5. Article intéressant car on sent bien les difficultés auxquelles vous avez été confrontés. Au final, le format que vous choisissez est peut être le meilleurs, car si vous n’êtes pas comédiens, vous êtes passionnés et ça se ressent. Au moins vous ne ressemblez pas aux faux dentistes de la pub Colgate !
    Je suis un peu plus étonné que vous n’assumiez pas le pompage évident sur l’émission Top Gear, en tout cas c’est comme ça que je le ressens en lisant l’interview. Quand on vous compare à Top Gear, c’est pas une critique, c’était tout de même l’émission la plus regardée au monde, ça a de quoi inspirer. Perso j’accroche pas au côté « dialogues répétés et vannes qui sentent le réchauffé », mais vous n’avez pas le choix, et ça on l’a bien compris.
    Longue vie à High Side et à Moto et Motard, continuez sur votre lancée et je suis sûr qu’à terme, vous trouverez le bon rythme et votre propre identité d’émission ! Bader, chapeau (ou casque) pour avoir porté ce projet à terme, ça a du être décourageant à certains moments et te pomper une énergie de dingue !

  6. moi, je ne m’attarderais pas sur l’emballage, pour ce qui me concerne, je suis à la recherches de chiffres, d’appréciations d’ordres technique. dans la presse écrite, par exemple, il y’a auto plus, qui s’adresse plus à des consomateurs, et l’automobile qui, tout en faisan de l’actualité, ne néglige ni le pourquoi ni le comment. n’y as t’il pas de place pour une émission pour les initié, comme le foot, les livres. toutes les références vont vers top gear (UK) mai leur propos, tout accessible qu’ils étaient, respiraient une vrai culture automobile: historique,technique, industriel . tout ça pour savoir si c’est envisageable ou non et pourquoi? un dernier truc comme ça juste pour le dire: je me demande ce qu’aurais pus etre top gear FR avec J. lafite, dechavanne et degroot (ou meme une femme) ?

No Comment ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *