Accueil » 80/90 » Ferrari 900 DOHC, une flèche rouge

Ferrari 900 DOHC, une flèche rouge

L’unique

C’aurait pu être comme décocher une flèche depuis la rive moto vers l’autre, rivale, l’auto. Il s’agissait pourtant d’un pont, un petit ouvrage d’art qui enjambait le flux de vitesse où s’abreuvent ces animaux mécaniques. David Kay, fondateur de MV Meccanica Verghera, spécialiste des MV Agusta d’avant 1980, envoie un jour de 1990 une lettre à Piero Ferrari, fils d’Enzo, lui demandant son accord pour signer le réservoir d’une moto de sa création avec le logo de la grande marque de voiture. Le 23 mai, Piero Ferrari répond, et autorise David Kay à disposer de son nom.

Ferrari 2 copie

David Kay imagine alors l’attitude qu’aurait adopté Enzo Ferrari devant un tel projet, lui qui avait usé ses bottes de gamin sur une anglaise Scott à moteur deux temps. « Je pense qu’il aurait voulu rallier le passé et le futur en une union mécanique » conclut Kay. Il se lance dans la fabrication d’un quatre cylindres en ligne de 900 cm3, refroidi par air, avec double arbre à cames en tête mais deux soupapes par cylindre, des carters en magnésium mais une alimentation par carbus. Son dessin reprend celui des quatre cylindres MV Agusta de 1970 à 1977, avec les mêmes doubles échappements superposés de part et d’autre. Une perpétuelle oscillation entre tradition et modernité technique.

Ferrari 5 copie

Le cadre, en tubes d’acier Reynolds 531 (alliage d’acier au manganèse-molybdène), à double berceau, enserre au plus près le sculptural moteur. La ligne d’échappement et l’habillage en alu sont fabriqués par Terry Hall, maître artisan dans le travail du métal. La fourche inversée Forcelle Italia et les étriers Brembo six pistons à l’avant évoquent le savoir-faire italien. Les jantes Astralite en 17 pouces feraient aujourd’hui le bonheur du préparateur à la mode. Autre concession au passé, les deux amortisseurs WPS, à une époque marquée par les GSX-R 1100 et FZR 1000… La coque arrière rappelle la Ferrari Testarossa, il le fallait bien.

Ferrari 4 copie

Cette éléphantesque besogne accoucha de l’unique exemplaire de moto Ferrari jamais fabriqué. Elle roula peu, cracha 105 ch à 8 800 tr/mn pour un poids minuscule de 172 à sec, fut un jour créditée de 265 km/h, mais resta un mystère. Quelles étaient les intentions de David Kay ? Espérait-il une ferveur folle de la part de Ferrari ? Une insoutenable attente criée par les motards ? S’est-il usé sur ce rêve réalisé ?

La moto finit par tomber entre les mains d’un fortuné, qui a déboursé 85 500 £ lors d’une vente aux enchères organisée par Bonhams en 2012.

Mais avant ça, une coopération entre Ferrari et MV Agusta, alors aux mains de Claudio Castiglione, exista dans les années 90. MV décida alors de sous-traiter à Ferrari la conception d’un nouveau quatre cylindres sportif, le futur 750 présenté en 1997 au salon de Milan. Le projet proposé par Ferrari était toutefois trop coûteux, MV n’en garda que quelques propositions…

No Comment ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *