Motorholik

La Custom Culture, vague mondiale. Episode 3

Par Zef, photos Motorholik.

La Custom Culture n’est pas tout à fait une nouvelle approche de la moto. Les bidouilleurs ou préparateurs hyper talentueux ont toujours existé, des mécaniciens fous des années 20 ou 30 au tuning des années 80/90, en passant par les racers des années 60. Très axée sur l’esthétique, le style, elle traverse maintenant toutes les frontières. Parce qu’elle draine de la convivialité, une sorte de ‘back to basics’ et pas mal de lassitude du ‘toujours plus’ (puissance, look louche, électronique etc.), mais aussi parce qu’elle correspond à une nouvelle façon de rouler, plus cool, en phase avec les gros axes radarisés. On va essayer de se faire une vue large de la Custom Culture à travers le monde. Pour éviter de tomber dans des préjugés ras du plancher, et pour croiser de nouvelles têtes. Troisième épisode en Allemagne (premier épisode ici, second ).

motorholik-4

La Bid Dad Suzi, une Suzuki 850 GS minimaliste.

Martin et Burkhard sont allemands, ils habitent à l’est de Berlin. Ils ont fondé l’atelier Motorholik en 2015, et s’ils se connaissaient depuis plusieurs années, ils n’avaient jamais songé à créer une telle entreprise. Ce n’est que lors d’une soirée au cours de l’année 2014 qu’ils ont évoqué cette possibilité. D’âges et de professions différentes, ils se sont trouvés dans leur complémentarité. Martin, ingénieur en construction métallique, et Burkhard, designer informatique, n’ont pas toujours pas quitté leurs jobs mais ne désespèrent pas un jour de vivre de leurs prépas. Le premier est venu à la moto de route après 24 ans, il était auparavant pilote de motocross, en MX, jusqu’à un grave accident du dos qui l’a éloigné des circuits. Le second a toujours eu des motos anciennes, avec une préférence pour les japonaises, style Suzuki GS, Yamaha XJ, Honda CB.

motorholik-6

A droite, la Honda CB 400 N Motorholik, baptisée Gas Pony.

Aujourd’hui, ils ont une idée très précise de leur travail sur les motos. Ils les préfèrent en général datées d’avant 1990 et mettent un point d’honneur à leur permettre de respecter les normes du TÜV, le contrôle technique allemand. Car Matin et Burkhard font des motos pour des motards qui roulent. « Notre dernier client a parcouru 2 000 km au mois d’août, c’est pour des gens comme ça que nous voulons bosser. » Leur dernière prépa date du mois de septembre, la F-14 Tomcat, sur base de NTV 650. « Parce que c’est une base fiable et légère » affirme Burkhard.

motorholik-2-copie

Leur devise, affichée en page d’accueil de leur site : ‘We don’t care about glamour, we build bikes that want to be driven !’

motorholik-copie

Martin bosse donc les partie-cycles, la formation des métaux, la soudure. Burkhard se tourne plutôt vers le style, le dessin et la mécanique. Et pourquoi font-ils ça, plutôt que se bricoler des brêles peinards chez eux ? « Parce que nous avons quelques savoir-faire, des potes nous ont sollicité et de fil en aiguille… Mais nous ne ferons jamais de show bike, encore une fois, nos motos sont pensées pour rouler. Nous nous adaptons au style que veulent nos clients mais rien n’est négligé sur la partie-cycle et le moteur. Donc autant ouvrir un atelier et faire les choses bien. »

motorholik-5

La Honda NTV 650 façon Tomcat.

No Comment ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *