Accueil » Oh ! Les belles motocyclettes » Portanawak Race !

Portanawak Race !

L’événement d’All You Need Is Ride !

Images SWYD.

C’était il y a un mois (à trois jours près). All You Need Is Ride, fabuleux fanzine dont quelques magazines institutionnalisés pourraient s’inspirer, a organisé une course loufoque, détendue, sans forfanterie, sur le circuit annexe du Castellet, appelé Driving Center, dans le cadre de journées 4G Moto.

All You Need Is Ride (AYNIR) est un heureux mélange de tranches de vie, de motos préparées, de motos anciennes, de motos actuelles, de tons et d’avis, tout ça imprimé sur un joli papier format A5 et une maquette léchée. Forcément, le créateur, Adrien Gian, est graphiste spécialisé dans l’édition. Il porte tout ça sur ses épaules, en plus d’un boulot quotidien. On ne saurait trop inciter à l’abonnement d’AYNIR !

Un petit aperçu du magnifique fanzine.

Un petit aperçu du magnifique fanzine.

Pris de trépidations (ou de vers chatouilleurs), Adrien a voulu unir sur un circuit la communauté qu’il a réussi à rassembler avec son mag’. Autour d’une idée marrante, il a lancé la Portnawak Race (qui n’est pas une course mais un roulage fun) avec pour seul principe l’obligation de dépasser 60 ans en additionnant l’âge du pilote à celui de la moto. Voici le cheminement de l’idée selon Adrien.

F&L : Qu’y a-t-il de plus compliqué quand tu organises un événement comme ça ?

Adrien : L’organisation ! (rires) Rien d’insurmontable, c’est surtout beaucoup de temps et de réglages pour que tout soit nickel le jour J, créer toutes les conditions pour passer une chouette journée.

F&L : Comment t’es venue l’idée ?

Adrien : Je voulais retrouver l’esprit « ride entre potes » & « ride pur plaisir » présent sur de nombreux événement de dirt track où je me rends plusieurs fois par an, mais sur un circuit… C’est propre à mon histoire personnelle, mais à chaque fois que j’ai roulé sur piste, j’avais plus un esprit de compét’ (à mon très humble niveau) que de pur plaisir, souvent en groupe restreint et peu de mélange entre les participants… J’ai lancé l’idée sur Facebook par un petit post, tout est parti de là. Ça a pris rapidement de l’ampleur, pour devenir un gros événement.

F&L : Les partenariats ont été faciles à trouver ?

Adrien : Une fois l’idée lancée, j’ai demandé à 4G Moto si je pouvais m’insérer dans une de leur journée de roulage, ils ont immédiatement accepté. De même, avec mes autres partenaires – amis – motorcycleboy.fr, Fast&Lucky, Dandy Riders, Un pneu dans la tombe et Vie de Motard qui ont répondu ‘présent’ pour soutenir la Portnawak.

F&L: Comment as-tu eu accès au Castellet ?

Adrien : Je souhaitais une structure au top pour la première de la Portnawak Race AYNIR. Contacter 4G Moto était pour moi une évidence. Je voulais ouvrir la piste aux débutants qui n’osent pas forcément venir, par peur ou parce que leur moto n’est pas adaptée aux grandes lignes droites ou relances en sortie de virage… Le Driving Center était parfait, par sa taille modeste et sa technicité où l’écart entre les puissances des machines s’amenuise. Puis à un moment, il faut se lancer ! On a tous connu l’appréhension des premiers tours de roue sur circuit, c’était l’occaz’ de l’oublier, entre potes, dans une bonne ambiance, de progresser rapidement avec les conseils de pros et autres briefings. Rouler en toute sécurité quel que soit le niveau, avec une école de pilotage déjà en place et sa structure.

F&L : Quels retours sympas as-tu eu après la course ?

Adrien : Le matin, quelques participants étaient moyennement chaud pour tourner avec les dernières R1 ou Panigale… Hé les gars c’est Portnawak ou bien ?!? Craintes rapidement enterrées après les premières sessions ! Qu’est ce que c’était bon cette première édition. Tout le monde était ravi, avait la banane en fin de journée et m’a remercié d’organiser un événement comme ça.

F&L : S’est-elle déroulée comme tu t’y attendais ?

Adrien : Je ne suis pas homme à me projeter. Je vis l’instant présent… Impossible de prévoir le moment où on va crier de joie sous le casque ou taper dans la main d’un autre participant avec qui on s’est tapé une bourre mémorable durant une session. Donc je suis allé au Driving Center un peu comme ça, en attendant de voir. Mon but ultime était que les « Portnawakeurs » soient heureux, objectif atteint !

F&L : Y aura-t-il une suite ?

Adrien : Oh oui, l’an prochain c’est sûr !!! Peut-être une date en fin d’année juste pour rouler, une « Portnawak Race AYNIR OFF », car un an c’est long… Un championnat « Portnawak » l’an prochain avec plusieurs dates et circuits adaptés différents ? L’idée me plait mais ça c’est une autre histoire… All we need is ride !

1 commentaire sur “Portanawak Race !

No Comment ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *