Accueil » Fast » Snow Quake

Snow Quake

Looks fun.

Photos Amaury Cibot.

Le morne hiver ne se prête pas vraiment à l’exaltation motarde. A moins d’avoir l’esprit légèrement de traviole et être capable de mobiliser du monde et des moyens. Ce qui caractérise justement Gary Inman, journaliste anglais, éditeur du pointu Sideburn. Aidé de Deus Ex Machina Italie, il a loué le circuit de neige Ice Rosa Ring dans les Alpes italiennes pour y organiser la version froide de son Dirt Quake, le 21 janvier dernier.

L'affiche, discrète sur le Net avant l'évènement.

L’affiche, discrète sur le Net avant l’évènement.

Un événement pour happy few, avec des « stars » du milieu de la custom culture. Trente invités triés sur le volet ont participé au délire, sans public, avec grand nombre de photographes et de journalistes. Ce qui n’enlève rien au fun de ce qui aurait dû être une course en plusieurs manches, mais l’organisation aléatoire, due à la découverte pour tous de la difficulté de rouler sur ce genre de surface, en a décidé autrement. Peu importe finalement, ils se sont amusés, malgré les -10° et le soleil qui n’a jamais pu surmonter les montagnes.

La Viba et P.A. Treust, parfois en difficulté...

La Viba et P.A. Treust, parfois en difficulté…

Notre ami Bako en était, avec la VIBA et son pilote désormais « historique », Pierre-Alexandre Treust. Exercice pas évident, malgré les 500 clous qui équipaient les pneus… Quelques chutes, dont un méchant high side, la glisse n’est pas toujours heureuse. GO, pote de Bako, faisait le roadie pour VIBA lors de cette virée, il a découvert ce milieu confiné de la moto… Impressionné par les pilotes des grosses XJR, étonné par le bon coup de guidon de Gary Inman, envieux de la Borile, amusé par Sergeï, chevalier de Groland. Et plutôt content d’avoir trouvé une ambiance sympa, délirante, imprégnée d’humour anglais déjanté. Une bande de potes.

Serge Nuques et sa Diverago impériale.

Serge Nuques et sa Diverago impériale.

Serge Nuques, grand adepte du délire sur deux roues, roulait en effet avec un chopper de sa confection, en fait inroulable… Une Diverago ou Divergon, un truc du genre, soit un moteur de 600 Diversion dans un cadre de Virago, ingénieuse invention… De son propre aveu, les clous valent plus cher que la moto, qu’il a bricolé lui-même. La position chopper lui ruinait les bras au bout de 4 tours, ce qui tombe bien puisque c’était la durée d’un run. D’autres prépas du genre sont en attente dans son cerveau en ébullition.

L'équipe de Death Spray Custom est venue de Londres en El Camino, la BSA attelée derrière. Laquele BSA n'a fait que quelques tours, effrayée par le froid.

L’équipe de Death Spray Custom est venue de Londres en El Camino, la BSA sanglée derrière. Laquelle BSA n’a fait que quelques tours, effrayée par le froid.

El Solitario avait amené trois motos : la Big Bad Wolf (XJR 1300), la Petardo (Ducati 900 SS) et la Sal del Diablo (Triumph T120R). Et Deus sa XJR X-Project. Le reste du plateau était essentiellement constitué de motos de dirt, beaucoup d’anciennes engagées dans le championnat anglais DTRA. La course finale, puisqu’il y en eut une tout de même, fut d’ailleurs remportée par le champion DTRA 2016. Des cross modernes, la Honda CR-F préparée pour le mag’ italien XRoad était la plus belle.

La XJR d'El Solitario.

La XJR d’El Solitario.

Les clous ont posé des problèmes à de nombreux pilotes, le circuit évoluant bien sûr au fur et à mesure du passage des motos. La longueur était limitée à 7 mm.

L'ancien pilote de mondial SBK Giovanni Busseï en était.

L’ancien pilote de mondial SBK Giovanni Busseï en était.

De l’expérience engrangée pour l’année prochaine. Il n’y a pas de raison pour que le Snow Quake s’arrête là.

Restez Fast !

Geoff de l'atelier anglais Co-Built, spécialiste du dirt.

Geoff de l’atelier anglais Co-Built, spécialiste du dirt.

 

No Comment ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *