Accueil » Fast » Test 5 000 km – Gants VQuattro Mercure

Test 5 000 km – Gants VQuattro Mercure

Batteries à la peine

Depuis le mois de décembre, la crainte du froid a été grandissante. Sans être légitime. Quelques pics descendants du thermomètre m’ont permis d’essayer la résistance au froid des gants chauffants VQuattro Mercure, achetés 220 € dans une boutique parisienne du boulevard Richard Lenoir.

Pourquoi avoir choisi des gants chauffants avec batterie intégrée ? Loin d’être une raison universelle… Je change souvent de moto, pour les essais, le filaire serait pénible. Mais, je sais, plus efficace, fonctionnant grâce à une batterie 12 V, quand les petites batteries Li-Polymer des Mercure ne peuvent mieux que 7,4 V, logiquement.

Chauffants ou pas, ces gants VQuattro sont déjà excellents car ils offrent une bonne résistance au froid et une étanchéité très correcte. Il faut des trombes pour que l’humidité s’infiltre. Mixte de cuir et de textile, les Mercure restent souples et faciles à enfiler. Une sangle sur le haut de la main ajuste le maintien, une autre, élastique, ferme l’entrée du gant au niveau du blouson.

Bien sûr je n’avais qu’une hâte, tester la chaleur offertes par les résistances internes, agréable dès 10°. Elle n’a rien d’intense, et par températures négatives, elle est trop juste, diffusée sur le dessus de la main. Par 0° et moins, les gants chauffants sont d’excellents compléments aux poignées chauffantes. Je l’ai constaté avec la BMW S 1000 XR qui en était équipée.

Dès environ 3 ou 4°, les Mercure sont efficaces, malheureusement pas très longtemps. Un régulateur de chaleur permet de choisir trois niveaux (59, 53 ou 47°) avec une autonomie annoncée de 4 h à 2h10 selon la position choisie par un interrupteur sur le dessus du gant. Je suis quasiment tout le temps resté sur la position la plus forte, seule vraiment efficace, mais l’autonomie n’a jamais dépassé l’heure et demie, et ce dès le début, avec des batteries neuves. La charge dure environ trois heures, assez courte, mais ces gants sont efficaces sur une distance de 100 à 200 km. Pas pour les grands rouleurs. D’autre part, les batteries se sont avérées très rapidement défectueuses, l’une tombant à trois quart d’heure d’autonomie après deux mois d’utilisation. La boutique m’a gentiment offert une batterie neuve, mais l’opération a dû être renouvelée quatre fois ! La qualité des batteries n’est pas au rendez-vous.

Note F&L : 3/5

Gant ok19 copie

Fiche technique :

  • Gants en softshell et cuir
  • Isolant Fiberfill®
  • Insert étanche et respirant V-Rain
  • Coque phalanges et slider de renfort thermo formé
  • Batteries de 7.4 volts, logées dans les manchettes
  • Équipés d’un régulateur de chaleur LED avec 3 positions
  • Chargeur fourni
  • Câble allume cigare optionnel
  • Resserrage poignet
  • Homologués CE

Tailles :

  • Du 8 (M) au 12 (XXXL)

Coloris :

  • Noir

Prix :

  • Environ 200 € selon les sites

Le site VQuattro.

Restez Fast !

 

 

 

 

Partager

7 commentaires sur “Test 5 000 km – Gants VQuattro Mercure

  1. Etant motard par mon métier et après avoir testé plusieurs modèles de gants chauffants je peux effectivement dire que les gants VQuattro sont une valeur sûre, et que les futurs acheteurs ne seront pas déçus bien au contraire.

  2. Bonjour J’a vais les vquattro squaddra 2 durée 6 mois (4 mois la première année, 2 mois la suivante) gant gauche tombé en panne irréparable donc avoir. L’année suivante j’ai pris le nouveau modèle qui coutait 40€ de moins que l’ancien. 220€ pour les vulcan tout cuir (le plus gros modèle), même si ca avait coute 300€ je les aurais pris car roulant tous les jours c’est un réel confort, la santé des mains et le fait de ne plus sentir les doigts congelés jusqu’à ce qu’on ne puisse même plus les plier ca n’a pas de prix surtout pour la securite. J’ai le syndrome des mains froide et c’est pas la joie en moto et pourtant avec les volcans comme les squaddra 2 j’ai utilisé que la position verte la moins chaude et ben c’était largement suffisant même en négatif, J’a vais les mains fraiches ou froide à -5 ou -10 mais pas de mal de main. Je privilégiais l’autonomie qui était quasi respectée sur les squaddra 2 mais la les vulcan à la première utilisation 20min le matin 20min le soir en position verte qui est censée tenir 4h20 j’ai tenue 3 jours soit 120min soit 2h avant que le gant gauche ne commence à clignoter pour que je le recharge ms la je viens d’arriver au travail et je n’ai pas du tout pris le chargeur pensant que j’avais encore 2h d’autonomie. 5h de charge pour 2h d’autonomie en position verte la c’est du foutage de gueule. Ils ont augmenté l’autonomie de 1h depuis l’ancien modèle ms en condition reelle … Je dois avoir de mauvaises batteries ou comme c’est la première utilisation (malgré le fait de les avoir rechargés avant la première utilisation comme demandé ds la notice) je vais voir sur plusieurs charge, la j’en suis à la toute première.

    • Merci pour ce témoignage ! Les batteries doivent en effet encore beaucoup progresser. Preuve qu’on est encore loin du ‘tout électrique’.

  3. Je possède ces gants depuis 15 jours et j’ai pu les tester tous les jours sur des trajets de 40 minutes dans une température de l’air entre -2° et +5° (janvier 2017, Paris). Je roule environ à une vitesse de 45 Km/h en, moyenne sur un CROSSTOURER Honda j’ai donc des déflecteurs sur le guidon.

    Les gants ne chauffent pas toute la main. Seuls le dessus de la main est chauffé et me semble t-il les petits doigts jusqu’au bout. Les mesures de températures lues sur internet et concernant le gant en fonctionnement indique toujours la température la plus chaude…. cruelle erreur ! C’est la température la plus froide dans le gant lors de l’usage qui vous intéressera. Force est de constater que moi je ressens la piqure du froid au bout des doigts à compter de la dixième minute de trajet environ. ça reste supportable jusque +3°. En dessous c’est significativement douloureux après 20 minutes.

    Donc pour moi ces gants ne tiennent pas les promesses faite par les tests et ne constituent pas la solution anti-froid par excellence. La solution anti-froid ultime reste les manchons de guidon chauffant. Ce qui empêche de les utiliser c’est :
    – le style : quoi de plus moche ??!!
    – l’évaporation : deux paires se sont évaporées de mon guidon en face de la gare de Lyon : à quand un dispositif de ralentissement de vol sur ce type d’équipement ??!!

    Pour conserver son élégance et les main au chaud je pense que le gant chauffant associé à des poignées chauffantes me semble devoir convenir. Je vais faire monter les miens le plus vite possible.

    Concernant le V’Quattro j’utilise le câble d’alimentation direct et pas les batteries Ion -polymère fournie. Il semble que ces batteries soient données pour 200 cycles de rechargement. Cette capacité de rechargement ne me semble pas compatible avec un usage quotidien même 2 ou 3 mois de l’année. Je conserve donc les batteries dans les gants et je branche le câble sur la prise d’alimentation 12 V de la moto. La première fois j’ai rapidement constaté que le gant droit clignotait et que quelques minutes plus tard, ho magie, les gants se sont éteints. Les rallumer sur le périphérique parisien du matin sur un 1200 demande un peu de concentration mais ce fut fait. ils ont re-clignotés par la suite mais sans s’éteindre. Mystère de la conception Aixoise de ces gants. Ca ne s’est pas produit depuis. C’est quand même un peu ennuyeux ce fonctionnement aléatoire (?) de mes gants. J’ai soupçonné un problème d’ampérage de la batterie mais non… je me suis souvenu que ma moto est neuve (6 mois) et que la batterie aussi probablement. Donc je ne comprends pas.

    A 5° je n’éprouve pas le besoin de tout brancher…

    Voilà pour moi.

No Comment ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *